FLASH MARLEY: DISPARUE DANS LE TRIANGLE DES BERMUDES MAURA MUSIC

SORTIES

Faire une liste des artistes sur lesquelles on peut compter dans ce rap jeu féminin sans mentionner Flash Marley serait la plus grave des erreurs. Elle a fait rêver plus d’un par sa façon particulière de rapper d’une part, et par son caractère sexuellement provocateur d’autre part. La Madré n’est plus à décrire. Nombreux sont ceux qui sont tombés sous son charme sans aucune résistance, sans critiques, et sans la moindre contestation. Aimée, kiffée, surkiffée, adulée et très appréciée, Flash Marley est sans équivoque une petite luciole dans cette musique Togolaise.

Cependant, la reine des glaces qui fait fondre les cœurs musicalement endurcis semble avoir un léger problème. Libérée du célèbre agent artistique Olam Lord et récupérée par Maura Music, Flash Marley semble avoir des difficultés à remettre sa carrière sur les rails. L’histoire de sa séparation spontanée avec Africa Culture a bien fait le tour des réseaux et choqué plus d’un. Ce 21 Avril 2018, c’est par son compte personne facebook que la jeune Marley Amdiya a choisi de passer un communiqué officiel pour annoncer sa rupture expliquée en détails avec Olam Lord, son ancien manager.

Dans cette information, elle dit, on cite : « J’ai commencé mes activités artistes avec Eric Mo en 2015. Et dans une décision que je qualifie aujourd’hui de précipitée, j’ai rompu ma collaboration de travail pour me mettre avec Olam Lord en 2016. La relation de travail avec ce dernier a été intéressante. Nous avons évolué ensemble sur plusieurs projets qui ont grandi mon expérience. Cependant, après ces quelques années de collaborations, j’ai préféré avec beaucoup de recul retourner avec Eric Mo, dont j’apprécie les méthodes de travail quant au développement de l’artiste. Ainsi, je viens avant tout par le présent communiqué vous informer du fait qu’Olam Lord ne représente plus mes intérêts artistes mais que c’est désormais la structure de management MAURA MUSIC de Eric Mo. »

Cette annonce semble être une erreur de la part de la rappeuse à plus forte raison que la structure de Eric Mo est nouvelle et le manager général est plus célèbre par ses posts sur les réseaux sociaux que de compétences. C’est remarquable ses manières de donner son avis (avérés ou pas) sur les chansons Togolaises en y allant avec des termes méchamment crus et surtout dans les petits ragots du net. Maura Music ou Eric Mo doit-on dire travaillait avec la très talentueuse JoElle, disparue elle également au jour d’aujourd’hui. Tout commence bien pour Flash qui rejoint ainsi son ami avec qui elle travaillait. Le début d’une nouvelle aventure.


La structure Maura Music, après avoir délivré Flash Marley des mains méthodiquement tyrannique de l’ex-manager, a tenté de relancer la rappeuse de diverses manières. Un premier single Intro fut réalisé et clippé vite fait, histoire de montrer au public le nouveau départ pris par la rappeuse. Les gens ont apprécié, c’était bien. S’en est suivi noussou un remix du titre Boto de Black T puis le morceau Chic Chek Choc.

Malgré ces multiples tentatives, les résultats n’ont pas été satisfaisants. Les morceaux sont passés inaperçus aussi vite comme le Atikousinsin de Jon Dho Laden. Pourquoi Flash Marley n’arrive plus à prendre le contrôle du rap féminin? Maura Music serait en train de noyer sa carrière ou serait-ce Olam Lord qui prie dans l’ombre pour lui bloquer les portes? Les questions se posent. On n’a aucun choix que d’accuser Maura Music, car comme on le dit si bien : un pays qui va mal est un pays mal géré.


En même temps, quand on met ces questions de côté et qu’on remarque que le rap féminin dans son ensemble est en totale disparition, on se dit qu’il y a quelque chose quelque part qui tourne à l’envers. La disparité à laquelle on assiste de la part des rappeuses laisse le public perplexe. Flash Marley finira-t-elle par sortir la tête de l’eau ? Ou doit-on dès maintenant la considérer comme inexistante? Ou carrément prépare-t-elle un retour bien chargé ? On espère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *